Les bienfaits de l’huile essentielle de khella

Les bienfaits de l’huile essentielle de khella

L’huile essentielle de khella est une huile d’origine marocaine ; son arôme est légèrement sucré, à base de plantes, avec des notes subtiles de terre. Les notes inférieures sont légèrement herbeuses, sèches et ressemblent à du thé ; khella a été utilisé comme un traitement primitif pour les calculs rénaux. Les constituants chimiques qui lui donnent ses propriétés curatives, khellin et visnagin, représentent moins de 3% de la composition des huiles. Elle est obtenue à partir de la plante à fleurs, visnaga, également connu en Egypte sous le nom de khella; cette plante a été utilisé pendant de nombreux siècles pour ses effets bénéfiques pour le traitement de certaines infections, l’hypertension, les calculs rénaux, etc.

L’huile essentielle de khella est de plus en plus reconnue comme l’une des meilleures huiles essentielles à utiliser pour contrôler ou minimiser les crises d’asthme.

Principaux constituants chimiques et Dosages

L’huile essentielle de khella contient pas moins de 1% de γ-pyrones (dérivés de furanochromones) calculé en khelline, déterminé par spectrophotométrie. Un certain nombre de méthodes de chromatographie liquide à haute performance sont également disponibles pour l’analyse quantitative.

Les principaux constituants sont les γ-pyrones (dérivés de la furanochromone, jusqu’à 4%), les principaux composés étant la khelline (0,3-1,2%) et la visnagine (0,05 à 0,30%). Autres γ-pyrones importants sont khellinol, ammiol, khellol et khellinin glucoside (0,3 à 1,0%). Un deuxième groupe de constituants majeurs sont les coumarines (0,2 à 0,5%), le principal étant le pyranocoumarin visnadine (0,3%). Cette huile essentielle contient du camphre, de l’aterpinéol et du linalol, entre autres, ainsi que de l’huile fixe (jusqu’à 18%).

Découvrez ici : Mieux gérer ses sensations par les huiles essentielles.


Les propriétés de l’huile essentielle de khella

L’huile essentielle de khella est un antispasmodique bronchique puissant qui peut conduire à l’absence d’asthme bronchique allergique. Quand inhalé, il peut être une arme puissante contre l’asthme, particulièrement l’asthme bronchique. Toute huile essentielle peut déclencher une crise d’asthme, plus ou moins au hasard. Parmi ceux qui souffrent de cette maladie, cependant, l’huile essentielle de visnaga semble réellement soulager l’attaque, à la fois en relaxant les spasmes bronchiques et en dilatant les bronches. Pour cette raison, l’inhalation pourrait s’avérer utile à la fois pour l’asthme et la bronchite.

L’huile essentielle de khella a été démontrée capable de diminuer les réponses allergéniques en stabilisant la membrane des mastocytes et en empêchant la libération d’histamine. C’est la source botanique pour les médicaments Intal et Nasal Chrom.

C’est l’huile essentielle la plus désagréable que vous allez essayer ; il est juste de vous le dire dès le départ. Ce n’est pas une huile que vous achèterez pour le plaisir de son arôme. Alors si vous avez vu des experts la recommandent avec l’huile de verveine pour le traitement de l’asthme souvent, vous allez comprendre pourquoi. Ce n’est pas un antispasmodique fort mais certaines sources disent qu’il s’agit d’un dilatateur bronchique. Cependant, la seule vraie raison d’utiliser les deux est que l’odeur citronnée de verveine, mélangé avec khella, donne une odeur beaucoup plus agréable au mélange. La combinaison est vraiment indispensable pour toute personne souffrant d’asthme !

Découvrez ici : Les cristaux de la lithothérapie pour bronchite.


Effets indésirables de l’huile de khella

L’huile essentielle de khella a été associé au développement de modifications ophtalmologiques sévères, en particulier la rétinopathie pigmentaire chez les volailles photosensibilisées. Dans une étude portant sur 28 patients, 1 patient (4%) a rapporté une réduction temporaire de l’acuité visuelle qui s’est résorbée à l’arrêt du traitement. Les patients recevant khella ou ses extraits doivent être surveillés pour des changements ophtalmologiques.

Les furocoumarines (psoralènes) peuvent provoquer une photosensibilisation et une dermatite. Une étude rapporte 4 composés irritants provenant de graines de khella et évalue le potentiel de dermatite. Chez les patients qui ont reçu la khelline par voie orale pour réduire les lipides sanguins et dans une étude pour le traitement du vitiligo, des nausées et des vomissements ont été observés fréquemment (29% des patients dans l’étude de vitiligo). Des taux élevés d’AST et d’ALT ont également été signalés pendant le traitement (7% à 14%).


A lire aussi :

Emma Emma

Communicatrice, amoureuse du bien-être. Aime l'écriture et la bonne énergie que les gens peuvent irradier autour d'eux. L'équilibre reste toujours dans son intérieur. Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici !

 

Vous aimerez aussi :