Découvrez Asherah, l'épouse de dieu !

Découvrez Asherah, l'épouse de dieu !

Avez-vous déjà imaginé que Dieu, le Tout-Puissant pourrait partager son rôle de Créateur Universel avec une épouse ? Cette idée a été lancée par la chercheuse Francesca Stavrakopoulou, un docteur de l’Université d’Oxford et professeure au Département de théologie et de religion à l’Université d’Exeter en Angleterre. Découvrez ci-dessous les explications sur la fameuse Asherah, l’épouse de dieu.

Selon Francesca, Yahvé – un autre nom pour Dieu, comme Allah – était marié à Asherah, une déesse importante vénérée en Israël pendant l’Antiquité. La savante a fondé ses affirmations sur des preuves archéologiques, y compris les textes anciens, des inscriptions et des petites idoles découvertes dans l’ancienne ville cananéenne de Ugarit, située sur le territoire de ce qui est aujourd’hui la Syrie, ainsi que les détails dans la Bible elle-même.

Pour elle, Dieu n’était pas seulement l’une des nombreuses divinités vénérées en Israël dans l’antiquité, il partageait son « trône » avec une femme, qui était adorée avec lui dans un temple de Jérusalem. Dieu aurait ainsi une compagne, et celle-ci serait celle que l’on appelle Asherah, l’épouse de dieu.

Mais … qu’est-ce que cela veut dire ?

Selon les historiens, les anciens Israélites étaient des polythéistes, et seule une petite minorité adorait uniquement Yahweh, une entité correspondant au Dieu suivi par les religions abrahamiques. Cela a changé en 586 avant JC lorsqu’une communauté qui appartenait à la Judée a été exilée à Babylone et le Temple de Jérusalem a été détruit.

Cet événement a finalement donné lieu à une vision strictement monothéiste, centrée sur l’existence d’un Créateur Universel, non seulement pour le royaume de Juda, mais pour toutes les nations du monde. Par souci de clarté, les religions abrahamiques s’appuient sur la croyance qu’il n’y a qu’un seul Dieu et que leur origine commune peut être attribuée à Abraham.

Ces croyances constituent l’une des trois grandes divisions de la religion, avec les religions indiennes et d’Asie de l’Est, et comprennent le judaïsme, le christianisme et l’islam.


Polythéisme israélien

Francesca a passé plusieurs années à analyser les contextes culturels et sociaux de la Bible et a conclu que Yahvé rivalisait avec beaucoup d’autres divinités – comme Molek, Baal et El – pour ensuite gagner la position du Tout-Puissant auprès anciens Israélites. Comme elle l’a expliqué, bien que Dieu ordonne dans l’un de ses 10 commandements « Tu n’auras pas d’autre dieu devant moi », la Bible elle-même apporte la preuve que d’autres entités ont été adorées avec Lui.

En outre, selon la théologue, le Livre des Rois souligne que Dieu avait une femme et qu’elle était adorée avec Lui : Asherah, l’épouse de Dieu, la compagne de Yahweh, était présentée comme une divinité assise à côté de son mari, et les textes bibliques révéleraient encore qu’une statue de la déesse était à l’abri dans un temple à Jérusalem, et que les prêtresses de l’endroit étaient responsables de la création de robes de cérémonie pour elle.

En plus d’apparaître dans la Bible, l’existence de Asherah, l’épouse de dieu est également mentionnée dans des inscriptions découvertes dans des fragments de poterie du VIIIe siècle av. J.-C. trouvées à Kuntillet Ajrud dans le désert du Sinaï. Selon Francesca, le texte se réfère à une demande faite au « couple divin », et d’autres inscriptions similaires ont été récupérées, renforçant le corps de preuve que les anciens Israélites croyaient que Dieu avait une femme, qui serait Asherah, l’épouse de dieu.


Découvrez ici :


Déesse de la fertilité

En fait, bien que la Bible condamne ce type de pratique, les textes suggèrent que le culte des divinités était très commun à Jérusalem. Et les idoles et les amulettes, y compris les textes anciens, révèlent que Asherah, l’épouse de dieu était une puissante déesse de la fertilité.

La « femme » de Yahweh était également connue sous les noms d’Istar et d’Astarté, et était d’une grande importance pour les peuples du passé, étant une divinité à la fois puissante et maternelle.

Avant d’être associée à la figure de Yahweh, Asherah était liée à El, Dieu Suprême de Canaan et père de Baal. Dans la Bible, elle apparaît souvent comme Ha asherah, et à ce niveau, les Écritures ne se réfèrent pas à elle comme étant une divinité, mais comme un symbole présent sur les autels des sanctuaires israélites dédiés à Yahweh, souvent sous la forme d’arbres. D’où sa connexion avec le « Dieu des Hébreux », comme elle était également connue.


Arbre sacré

Le savant J. Edward Wright, président d’un centre d’études juives et de l’Institut Albright pour la recherche archéologique, a confirmé que plusieurs inscriptions en hébreu mentionnent le lien entre Yahweh et Asherah. Selon ce dernier, Asherah, l’épouse de dieu n’a pas été complètement effacée de la Bible, et il est encore possible de trouver des traces de son existence dans des preuves archéologiques provenant de pays limitrophes d’Israël et de Judée.

Beaucoup de traductions se réfèrent à Asherah comme “Arbre Sacré”, et selon Wright, cette référence a été créée pour “cacher” l’existence de la déesse. Les références à Asherah, l’épouse de dieu dans l’Ancien Testament sont rares et ont été grandement éditées par les anciens auteurs chargés de rassembler les textes qui seraient inclus dans les Écritures.

Aaron Broody, directeur du Musée Baden et professeur d’études relatives à l’archéologie et la Bible, a expliqué que la figure Astarté comme « arbre » a été coupée et brûlée symboliquement hors du Temple de Jérusalem par les religieux en essayant de purifier le culte pour vénérer et se concentrer sur le culte d’un seul homme, Yahweh.

Francesca n’est pas la première personne, chercheur ou savant à mentionner l’hitoire de Asherah, l’épouse de dieu. En 1967, l’historien Raphael Patai a présenté la théorie selon laquelle les anciens Israélites adoraient les deux – et bien d’autres – divinités et, depuis lors, plusieurs autres chercheurs ont publié des études et des livres sur le sujet. La théologienne a repris ses recherches sur le sujet et son travail a fini par faire l’objet d’un documentaire controversé produit par la BBC.

A lire aussi :

Jean Jean

Ecrivain et passionné du monde spirituel, il concentre son expérience dans la communication avec son prochain, en sachant donner et recevoir. Un amoureux de la vie qui est toujours à la recherche du bien-être physique et psychologique. Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici !

 

Vous aimerez aussi :