L'épidémie de coaching : du paradis à l'enfer !

L'épidémie de coaching : du paradis à l'enfer !

Nous vivons à une époque où il y a presque une « épidémie de coaching ». L’offre prolifère et il suffit d’une recherche sur Google pour voir la variété qui existe sur le coaching. Il y a des options pour tous les goûts : quantum, prospérité, cancer, pour les femmes, pour les hommes, mariage, relations, perte de poids, Tinder, jeux, pour chiens, spirituel, neurocoaching… La liste est longue.

« Ce que je pense ne change rien à ma pensée, ce que je fais de tout change tout ! »

Leandro Karnal

Tout le monde est maintenant un entraîneur. Et tout le monde veut entraîner. Cela a donc du sens quand on regarde la modernité, on s’aperçoit qu’il y a une grande demande de réponses magiques et immédiates, en particulier celles qui placent le pouvoir humain au centre de tout, créant un univers où tout est possible par la volonté. C’est là que réside le danger et nous pouvons aller du paradis à l’enfer avec cette épidémie de coaching. Les professionnels non préparés, sans formation ni références recommandent de guérir la dépression, l’anxiété, la schizophrénie et d’autres troubles qui ne devraient être accompagnés que par des professionnels de la santé. C’est là que ça devient sérieux.

Histoire du coaching

Le coaching est né au XVIe siècle en Hongrie, lorsque les habitants d’une petite ville produisirent des voitures à suspension en acier à ressorts désirées en raison de leur confort. Ils étaient connus sous le nom de kocsi, et ce terme a été compris par les Anglais comme entraîneur, un nom qui a été assimilé et utilisé à ce jour. En progressant dans le temps, l’entraînement est devenu l’entraîneur sportif qui développe le plein potentiel des athlètes. C’est plus tard que la pratique a été étendue au monde de l’entreprise, où des professionnels experts offrent une sorte de conseil aux grands gestionnaires. En ce sens, je dois dire que le coaching est extrêmement efficace. Cela aide un PDG, par exemple, à se fixer des objectifs, à organiser sa carrière et surmonter des difficultés spécifiques. Ici nous avons le ciel. Le problème commence lorsque le coaching se propose de penser à l’existence, de guérir et d’assurer la prospérité. L’enfer s’ouvre devant nous lorsque cette épidémie de coaching se présente comme une solution de la vie, plaçant la volonté comme l’unique responsable du déroulement des événements de la vie.

Découvrez ici : Découvrez comment trouver un but dans la vie !


La puérilité de penser que vous pouvez tout faire

C’est peut-être une idée difficile à digérer, mais vouloir ne veut pas dire pouvoir. Personne ne peut tout faire, car cette notion nuit aux principes spirituels les plus élémentaires. Jamais le pouvoir d’attraction et la « pensée positive » ne seront aussi grands que le karma et les dettes que nous générons des vies passées et que nous accumulons dans l’incarnation présente. Les personnes parfaites et évoluées ne sont pas sur la terre et le but de l’incarnation n’est pas le succès personnel, mais l’apprentissage. La terre est une planète scolaire et, pour cela, il existe des lois divines auxquelles nous sommes tous soumis et la loi du karma, est l’une d’entre elles. Maintenant, réfléchissons un instant : est-il logique que des personnes contraires à l’éthique, par exemple, puissent obtenir ce qu’elles veulent simplement parce qu’elles sont optimistes ? Pensez à un gentil politicien. Voleur, mais plein de charisme et de positivité, et qui a accumulé la richesse et la proéminence. L’optimisme de cet individu est-il plus puissant que ses dettes ? La pensée positive est-elle déterminante pour notre réussite ou existe-t-il des lois divines qui régissent le monde et sont indépendantes de notre volonté ?

« Une culture du bonheur ne peut que générer des peuples banals et médiocres »

Luiz Felipe Pondé

Bien sûr, la pensée négative fait vibrer une fréquence nuisible. Le pessimisme exacerbé s’oppose également aux lois divines et n’a jamais mené personne nulle part. Mais alors, penser que le simple fait de vouloir satisfaire tous les désirs est extrêmement enfantin. Aucune pensée positive ne va au-delà de la programmation de votre incarnation, ce qui signifie que tout ce que nous voulons ne nous est pas accessible. Nos efforts et nos vibrations font sans aucun doute partie intégrante de ce que nous pouvons réaliser et de la mesure dans laquelle nous pouvons développer notre potentiel. Nous pouvons beaucoup, mais pas tout. Et l’épanouissement passe par des attitudes envers les autres et envers la croissance, jamais par des vibrations dirigées vers des désirs personnels.

Cette faille que ce type de système magique contient a à voir avec l’idée de succès que nous réalisons. Nous considérons le succès comme l’atteinte d’une carrière et d’une certaine accumulation de biens matériels, qui transmettent respect et dignité à l’individu. Mais, en réalité, quiconque est accompli réussit et cette conquête intérieure n’est pas toujours donnée par des éléments extérieurs à nous ; Il y a ceux qui se réalisent à travers une vie très simple et riche. Quand l’aumône est trop, le saint doit toujours être suspicieux.

L’enfer du coaching

Il existe des profils sur Internet qui utilisent l’humour pour exposer les pires histoires de cette épidémie de coaching. L’accent est mis sur les charlatans, qui utilisent le désespoir des gens et veulent dire ce qu’ils veulent entendre, émettent une série de phrases de motivation superficielles et gagnent de l’argent. Ils appellent cela une « mission de vie », ils se sentent puissants et pensent faire un travail digne.

Il existe même un coaching en cancérologie, pour se faire une idée de l’illimité de certains. Imaginez une personne mourante conseillée par un professionnel décédé après des cours de motivations vides, qui ne peut donc offrir aucune aide. Et les prix qu’ils facturent sont abusifs. La question est simple : pour traiter des cas graves comme le cancer, êtes-vous ancré dans la psychologie et avez-vous étudié l’esprit humain pendant des années, ou est-il plus digne de prendre cette « volonté d’aider », de faire du bénévolat et d’apporter du réconfort à ceux qui se disent adieu de la vie. Mais qui veut “aider” sans rien recevoir ? Très peu. Sans compensation financière, le désir d’aider les autres s’estompe.

Si vous souffrez de dépression ou de tout autre trouble, le seul moyen possible est de faire un suivi avec un professionnel de la santé et de rechercher la spiritualité et la conscience de soi en parallèle.

La faute du monde du coaching

Lorsque cette épidémie de coaching place le succès uniquement sur la volonté de l’individu, celui-ci se heurte à des problèmes sociaux et à de nombreux autres problèmes qui ne sont pas sous le contrôle des gens. Et lorsque la personne n’atteint pas l’objectif escompté, c’est sa faute. Elle n’a pas fait assez d’efforts, n’a pas été assez positive et s’est laissé vaincre par des “croyances limitantes”. Et voici la culpabilité et la frustration. Et avec cela, nous ne parlons pas de ne pas assumer la responsabilité de ce que nous pouvons faire et de changer, car nous pouvons et devons faire beaucoup pour nous-mêmes.

« Peu importe ce que la vie a fait de toi, mais ce que tu fais avec ce que la vie a fait de toi »

Jean Paul Sartre

Dans une certaine mesure, nous sommes maîtres de notre destin, mais nous ne devons pas confondre notre capacité à satisfaire et à vaincre avec les désirs que l’univers accomplit par volonté. L’échec fait partie de la vie et le coaching ne vous apprend pas comment gérer cette facette de l’existence. Au contraire, si vous pouvez tout faire, quand quelque chose n’est pas fait, vous n’êtes pas assez bon. Ce discours ignore le karma et les différences sociales et économiques. Il ignore même Dieu, car ils travaillent l’idée de « que sa volonté soit faite ».

Dans un pays en crise et qui compte des millions de chômeurs, ce discours est criminel. Nombre d’entre eux se débattent parce qu’ils ont perdu leur emploi dans la crise, et non pas parce qu’ils ne se sont pas débattus, qu’ils ont reformulé leurs croyances restrictives et qu’ils ont changé leur état d’esprit. Et c’est la plus grande erreur de cette épidémie de coaching : généraliser la guérison et ne pas prendre en compte l’individualité. Tous ne sont pas égaux et partent du même point, il n’y a donc pas de recette de gâteau. S’il y en avait, le monde serait sûrement beaucoup mieux.

Renforcer le pouvoir des personnes et leur apprendre à faire face et à surmonter leur condition est complètement différent de faire taire ces voix et de rendre ces lignes directrices invisibles. Encore une fois, il ne s’agit pas d’encourager la complaisance envers soi-même et de valider des comportements qui tendent à se cacher derrière des épreuves et à reprocher à l’extérieur des fautes. Invalider et minimiser ces souffrances est un discours même criminel et digne d’un châtiment exemplaire.

Le grand gagnant de cette épidémie de coaching est le capitalisme

« Travailler pendant qu’ils dorment » est une phrase répétée jusqu’à épuisement dans le monde du coaching. Nous voyons par-là que cette épidémie de coaching suit la logique du capital car il se fixe pour objectif le succès et prêche la théologie de l’entrepreneuriat et de la prospérité par le biais de la productivité totale.

En ce qui concerne la relation entre employé et employeur, les politiques publiques d’accès à l’éducation et au travail précaire, par exemple, ne sont pas des objectifs du coaching. Au contraire, cela renforce l’idée qu’il est nécessaire de travailler jusqu’à ce que nous ne puissions plus devenir riches et « y arriver ». Notez que peu de professionnels ont un travail plus lourd qu’un maçon et rares sont ceux d’entre eux qui sont devenus riches par leur travail. Malheureusement, ils ne jouiront presque jamais du même confort qu’un costume, et arriveront à 10 heures au bureau, partiront à 17 heures et même les jours fériés. Ces personnes ont étudié et méritent les très hauts salaires qu’elles reçoivent. Le problème, c’est qu’un chauffeur d’application perçoit un salaire de famine, un maçon qui gagne à peine sa vie et une femme de ménage ne peuvent pas se permettre un logement décent. J’aime l’idée qui est apparue sur Internet pour illustrer cette réflexion, à propos d’une idée de télé-réalité : 6 coachs d’entrepreneuriat placés à la périphérie, pour vivre dans une cabane, s’occuper de 4 enfants, travailler 10 heures par jour et gagner un salaire minimum. Quoi que vous fassiez 1 million en premier, vous gagnez. Pourraient-ils vibrer quantitativement, modifier l’ADN de la prospérité et attirer le succès ? Ils ressemblent à des influenceurs qui parlent d’acceptation avec 300 interventions esthétiques sur le visage et beaucoup de plastique. Changer l’ADN de la prospérité et attirer le succès ? Ils ressemblent à des influenceurs qui parlent d’acceptation avec 300 interventions esthétiques sur le visage et beaucoup de plastique.

Découvrez ici : Soutenir le succès des autres ne vous diminue pas: bien au contraire !

L’égoïsme de la pensée positive dans l’épidémie de coaching

Enfin, il appartient à la réflexion sur la nature de la pensée positive. Il est indéniable que cela ne sert que l’individu et, dans cette épidémie de coaching, il est axé sur la réussite professionnelle et financière. Vibrez de manière positive, ne pensant qu’en vous-même et le paradis s’ouvrira pour vous parce que vous pouvez et êtes né pour être heureux. Or rien n’est plus dense, plus égoïste, matériel et contraire à la spiritualité supérieure que cette pensée individualiste.

La vibration pour la transformation du monde, pour les affligés, pour l’élévation consciente de tous dans le discours de la dictature de la pensée positive, donne naissance à moi-même, à mon désir, à mes afflictions et à mon bonheur. Un état d’esprit très banal et des vibrations très faibles.

« Une vie non analysée ne vaut pas la peine d’être vécue »

Socrate

Malheureusement, c’est la réalité des services fournis par la plupart de ces professionnels et des cours très coûteux qu’ils offrent. Si le coaching n’est pas axé sur la carrière, investissez mieux chez les psychologues, la spiritualité et la conscience de soi. Ces cours en valent la peine et vous plongent dans la seule vraie connaissance pouvant transformer.


A lire aussi :

Jean Jean

Ecrivain et passionné du monde spirituel, il concentre son expérience dans la communication avec son prochain, en sachant donner et recevoir. Un amoureux de la vie qui est toujours à la recherche du bien-être physique et psychologique. Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici !

 

Vous aimerez aussi :