Dépendance affective :  comment l'identifier et la surmonter ?

Dépendance affective : comment l'identifier et la surmonter ?

Avez-vous déjà songé à votre éventuelle dépendance affective? Nous pouvons être dépendants d’une certaine substance ou d’un comportement. Mais pouvons-nous être accro à une émotion? Le terme de dépendance affective a notamment été évoqué par le Dr Rubino, au cours d’un discours sur l’estime de soi. En résumé, nous vivons des événements négatifs. Nous les interprétons puis nous créons une règle générale qui façonne notre perception. Le résultat est une dépendance à l’une de ces trois émotions: la colère, la peur ou la tristesse. En d’autres termes, nous voyons le monde à travers le prisme de cette émotion.

Nous vivons toute une gamme d’émotions négatives, mais il semble qu’elles appartiennent à l’une des trois principales catégories évoquées plus haut.

La colère peut être un accès de colère ou une explosion verbale. Mais cela peut être une forme d’insatisfaction, de frustration, de déception ou de ressentiment.

La peur n’est pas seulement une émotion paralysante et agitée par le corps. Cela se manifeste de nombreuses manières, telles que le manque de confiance (en soi et dans les autres), l’hésitation, l’indécision, le doute, l’anxiété ou la procrastination.

La tristesse peut se manifester par l’apathie, l’indifférence, l’impuissance ou un sentiment de manque.

La dépendance est généralement associée à un comportement excessif et nocif ou à la toxicomanie. Le mot addiction évoque la faiblesse et la dépendance. Et on peut en dire autant de la dépendance affective.

Une dépendance émotionnelle, non seulement colore notre monde avec ses nuances, mais peut également être notre béquille. Cela crée un cadre familier pour nos vies. Et dans le processus, cela nous retient et nous oblige à une boucle implacable de sentiments et de réactions douloureuses.

Il est donc crucial pour notre bien-être mental et émotionnel d’examiner ce que nous ressentons la plupart du temps et d’évaluer notre dépendance émotionnelle négative.

La Sensibilisation: la première étape pour faire face à la dépendance affective

Chaque transformation commence par la prise de conscience. Pour changer quoi que ce soit, nous devons tout d’abord en prendre conscience. Lorsque les gens débutent un processus de rétablissement, ils commencent par admettre qu’ils sont toxicomanes. La même chose s’applique à la dépendance affective.

Mais avant le comment, réfléchissons à la raison pour laquelle la sensibilisation est essentielle.

Pourquoi est-il important de prendre conscience de notre émotion négative dominante ?

La raison la plus importante de vouloir prendre conscience est d’arrêter le cycle subconscient automatique de douleur inutile.

Si nos sentiments façonnent tout le reste, alors il est vraiment important d’examiner les sentiments excessifs et nuisibles qui ne peuvent pas être vrais, tout le temps. Une certaine peur ou colère peut sembler être une réponse justifiée à un événement. Mais cela ne devrait pas devenir une règle générale qui domine tout.


Si nous voyons toujours tout à travers le prisme d’une lentille négative, alors :

Comment pourrions-nous faire l’expérience de la joie ou nous exprimer pleinement?

Comment pouvons-nous voir le bien chez les autres si nous ne voyons que de la négativité?

Pouvons-nous jamais être en paix à l’intérieur si nous sommes consumés par une dépendance émotionnelle négative?

Comment prendre conscience de notre dépendance émotionnelle ?

Pour en prendre conscience, commencez à noter ce que vous ressentez. La plupart du temps, nos sentiments sont en arrière-plan, non contrôlés et non questionnés.

Parfois, nous ne savons même pas ce que nous ressentons, si ce n’est un sentiment de malaise, jusqu’à ce que nous commencions à y prêter attention.
Il est important de donner aux émotions négatives une voix et un foyer.
Dans quelle catégorie se situe votre émotion (colère, peur ou tristesse)?


Lisez aussi : 20 signes que ce n’est pas de l’amour mais de la dépendance affective

Notre poison émotionnel

En pensant à notre situation, nous pourrions réaliser que nous sommes accros à la peur. Nos sentiments tournent autour d’une forme de peur ou d’une autre. La plupart du temps, cette sensation est subtile – un sentiment général de malaise, d’hésitation, de doute et d’énergie floue.

Si on y accorde davantage d’attention, les craintes sous-jacentes apparaissent : peur de l’échec et du succès, sentiment de ne pas être assez bien (ou pas assez préparé), peur du rejet, peur de passer à côté et de la procrastination.

Quelle est votre dépendance affective ?

Et vous ? Avez-vous une émotion négative sous-jacente qui façonne vos expériences et vos décisions ?

Réfléchissez aux questions suivantes.

Qu’est-ce qui vous dérange?
Qu’est-ce qui vous fait mal?
Comment vous sentez-vous lorsque vous vous réveillez le matin? Êtes-vous détendu ou stressé ?
Quelles pensées sur vous-même, les autres ou le monde surgissent spontanément ?
Qu’est-ce que votre côté protecteur vous dit la plupart du temps?
Chaque fois que vous ressentez de la négativité, assoyez-vous et déterminez sa nature.

Au-delà de la conscience : ressentez, mais ne jugez pas.
Une fois que vous avez reconnu l’émotion, continuez à faire attention à ce qu’un motif se dégage. Le motif sera plus ou moins la même émotion (peut-être dans des saveurs différentes).

  • dépendance affective - 1

    Posséder l’émotion

    La propriété ne signifie pas que nous devons défendre ce que nous ressentons. Il s’agit de prendre la responsabilité de notre état émotionnel. Peut-être que quelqu’un a fait quelque chose à l’époque, mais cela ne devrait pas justifier ce que nous ressentons la plupart du temps – aujourd’hui.

    Ne vous jugez pas pour avoir ressenti ce que vous ressentez. Les sentiments se sont accumulés au fil des ans et étaient probablement basés sur un mécanisme de défense et de protection. Donc, ne pas ajouter à la négativité en vous battant ou en voulant se sentir différemment.

    Admettre quelque chose que nous n’aimons pas (avoir une dépendance affective) atténue la douleur. Il y a une facilité d’acceptation. Nous n’avons plus besoin de lutter contre ce que nous ressentons.

  • dépendance affective - 2

    Faites attention lorsque les sentiments surgissent

    C’est une chose très difficile à faire. Parfois, les sentiments se manifestent avant que nous puissions reconnaître que nous avons été balayés par une émotion.

    Si vous vous surprenez sur le point d’entrer dans un état de peur, de tristesse ou de colère, prenez le temps d’observer votre sentiment. Quel type d’émotion est-ce ?

    Regardez-le se déplacer dans votre corps. Ressentez l’énergie de l’émotion. Il peut s’agir de tremblements, d’essoufflement, de contractions musculaires, de papillons dans l’estomac ou d’une augmentation de la température corporelle.

    Laissez l’émotion traverser votre corps complètement si vous le pouvez. Ressentez cela comme une vague qui prend le relais et s’en va.

    Quand l’émotion prend le dessus rapidement

    Si l’émotion a pris le dessus assez rapidement et que vous ne réalisiez pas ce que vous avez ressenti jusqu’à après coup, c’est bon.

    Passez en revue l’événement et examinez ce que vous avez ressenti. Evaluez si vous êtes capable de comprendre l’émotion, et laissez-la passer sans résistance ni jugement.

    Avez-vous remarqué quelque chose qui a déclenché le sentiment?

  • dépendance affective - 3

    Libérez et sortez de l’émotion

    Lorsque nous sentons ou ressentons quelque chose, nous laissons l’émotion passer au lieu de la supprimer (ou de regretter la réaction).

    Sentir la négativité sans la combattre ou agir dessus revient à lâcher une balle immergée et maintenue sous l’eau. Nous laissons la balle revenir quand nous le pouvons, au lieu de laisser la pression s’accumuler et la balle surgir quand on s’y attend le moins.

    Nous pouvons regarder notre balle émotionnelle remonter à la surface de notre être. Nous pouvons le ressentir pleinement en réalisant qu’il s’agit d’un événement séparé de nous. Cela ne nous définit pas. Nous pouvons nous en aller et laisser la balle flotter un moment.

    Si la pression émotionnelle se rétablit, nous faisons la même chose: sentons-la (c’est-à-dire permettons à l’émotion de traverser l’océan de notre être, comme une balle submergée traverse l’eau et remonte à la surface) et sortons (regarde la balle flottante, séparée de vous).

    Avons-nous besoin de creuser dans notre passé pour changer le présent?

    Il peut être utile de faire la lumière sur un événement considérablement négatif qui s’est produit dans le passé et d’essayer de le réinterpréter en recherchant des significations alternatives. Cela aide généralement à éliminer la croyance limitante et les émotions associées.

    Et si on ne savait pas où quelque chose a commencé? Est-ce que nous continuons à tourner autour de la même négativité?

    Il vaut mieux être ici maintenant et parler de ce qui se passe et de ce que nous ressentons en ce moment. Si (et quand) nous avons plus de temps pour l’introspection, ce sera un avantage supplémentaire. Mais n’attendons pas que la révélation magique se produise.

    Pouvons-nous changer ce que nous ressentons? Et devrions-nous?
    Une fois que nous reconnaissons que nous avons une dépendance émotionnelle négative, il peut sembler logique de nous forcer à changer ce que nous ressentons.

    La société veut que nous nous sentions courageux, positifs et gais, heureux et calmes. Et nous voulons nous sentir comme tout le monde. Devinez quoi? Tous les autres ont une négativité qu’ils ont exprimée ou supprimée.

    Au lieu de vouloir écraser la négativité, nous pouvons accepter ce que nous ressentons et ce que nous sommes en ce moment, tout en permettant à tout ce qui se passe de revenir à la surface.


A lire aussi :

Alice Alice

Rédactrice, elle vit connectée à internet et aime le monde mystique. Dans sa vie, elle a appris un peu de tout et en veut toujours plus, parce que la vie ne peut pas s'arrêter. Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici !

 

Vous aimerez aussi :