Decouvrez la signification des lignes du Yi-King

Decouvrez la signification des lignes du Yi-King

Le Yi-King, ce livre de sagesse chinoise, se base sur l’interprétation de lignes. C’est à vous de dessiner les lignes du Yi-King suite à un jet de trois pièces. Et vous lancerez ces trois pièces, six fois de suite.

Une fois que vous aurez lancé ces trois pièces, six fois de suite, vous obtiendrez un hexagramme. Il est constitué de six traits. Il existe 64 hexagrammes car il existe 64 combinaisons de traits Yin et Yang. Vous vous référerez au livre des mutations, le Yi-King, pour avoir l’interprétation de l’hexagramme ainsi obtenu.

Découvrez ici : Les hexagrammes du Yi-King.

La signification des lignes du Yi-King


Trois piles ou trois faces

Par exemple, si au premier lancé, vous obtenez trois pièces qui vous montrent leur côté pile, vous dessinerez un trait discontinu correspondant au Yin. Si, à l’inverse, vous obtenez trois côtés face, vous dessinerez un trait continu appelé Yang. Ce Yin et ce Yang sont dits mutants car ils sont prêts à se transformer en leur opposé.

Les variantes

Pour deux piles et un côté face, vous dessinez un trait continu Yang. A l’inverse, pour deux face et un côté pile, vous obtenez un Yin soit un trait discontinu.

Le résultat : la réponse pour les lignes du Yi-King

Au final, il faut dessiner six traits en partant du bas et en remontant vers le haut. L’ensemble de ces six traits forment un hexagramme, et celui-ci est la réponse à votre question. La réponse à votre question est en réalité une analyse de votre situation et de vos limites, une analyse de votre attitude. Le Yi-King vous donne un conseil sur le comportement à adopter.

Exemple d’un tirage Yi-King

Ici, nous allons le faire ensemble. Je prends donc trois pièces dans ma main, les secoue et les laisse tomber. J’obtiens 2 faces et un côté pile, soit un Yin. Je dessine donc une ligne discontinue en bas de ma feuille. Au second lancé, j’obtiens la même chose. Je dessine encore un trait discontinu, juste au-dessus du premier. Troisième lancé : j’obtiens cette fois, trois côtés face, soit un Yang en mutation. Je dessine une ligne continue. Quatrième lancé, j’obtiens encore trois côtés face. Je dessine donc encore un trait continu. Cinquième lancé : encore la même chose. Dernier lancé : un côté pile et deux côtés face, c’est-à-dire un Yin, un trait discontinue.

Et ensuite ?

Dans l’exemple ci-dessus, j’obtiens l’immobilisation (trigramme du bas) et le joyeux (trigramme du haut). Associés ensemble, cela donne l’union. A interpréter selon la question de départ.

A lire aussi :

 

Vous aimerez aussi :