La géomancie et ses origines

La géomancie et ses origines

L’art de la géomancie était connu à l’époque grecque et romaine, mais nous ne savons pas exactement comment il a été interprété. Les informations dont nous disposons nous parviennent du Moyen Âge. Les principales connaissances de la géomancie sont venues en Europe via des textes arabes au XIIe siècle en Espagne ; de là se répandent dans toute l’Europe. Ses origines peuvent être perses ou arabes. Les Byzantins l’appelaient aussi Rabolion ou Ramplion.

La variation décrite ici est dérivée de la méthode originale d’obtention des figures à partir de lignes dans le sable. En fait, le mot geomantia était une traduction directe de l’arabe khatt al-raml (écriture de sable), aussi connu sous le nom ilm al-raml (science du sable) et darb al-raml ou zarb al-raml (Frappe le sable). Ce dernier nom est venu de la pratique de frapper le sable à plusieurs reprises avec un bâton pour lire les motifs laissés et décider s’il s’agit d’un ou deux points.

Les Arabes ont apporté la géomancie à l’Afrique et des variations de celui-ci peuvent aujourd’hui être pratiquées partout en Afrique. En Afrique du Nord, il s’est développé en Afa (Afá en Mina, Fa en Fon) et Ifa au Nigeria (Ifá en Yoruba). A Madagascar, la géomancie s’est développée en une variante intéressante appelée Sikidy. En Inde, il s’appelle Ramal Shastra.


Bien que la géomancie ait été populaire pendant des millénaires dans le monde entier, dans le monde occidental elle a été largement pratiquée pendant le moyen âge et la Renaissance, mais sa popularité s’est diminuée jusqu’à une récente résurgence d’intérêt. Un rejeton de géomancie devint le Livre du destin de Napoléon.

Beaucoup voient cette forme de divination comme trop « simpliste », mais sa simplicité extérieure démente la profondeur des réponses qu’elle donne. Certains l’utilisent pour obtenir une seule figure comme réponse. D’autres préfèrent le combiner avec l’astrologie. Chaque figure a une association avec une planète et un signe astrologique. Les figures sont placées dans un tableau cartographique astrologique médiéval et interprétées selon les maisons dans lesquelles elles se trouvent. Ce tableau est parfois appelé «thème».

Les noms donnés aux quatre lignes d’une figure géomantique, de haut en bas, sont : tête, cou, corps et pieds. En France ces lignes sont souvent appelées la tête, la poitrine (ou le cœur), le ventre et les pieds.

La figure est généralement représentée à l’aide de points centrés (points sur papier, trous dans le sable). Cependant, il existe des variations historiques. À l’époque médiévale, les points étaient parfois imprimés justifiés à droite qui semble très déconcertant quand vous n’êtes pas habitué à les voir de cette façon. Surtout si vous associez une image mnémonique à la figure, par exemple, deux tasses pour Acqusitio. Les géomanciens arabes écrivaient souvent une ligne à la place de deux points, car c’est ce qu’on utilise dans l’écriture arabe.

Libérez-vous des mauvaises énergies avec l’esprit tzigane.

Tirez vos cartes immédiatement !

A lire aussi :

WeMystic WeMystic

Sur WeMystic, vous trouverez tout sur l’astrologie, le tarot, la numérologie, le bien-être et la spiritualité. Si vous souhaitez nous contacter, envoyez un mail à [email protected]

Réalisez votre consultation en ligne personnalisée :

Vous aimerez aussi :


Recevez toutes nos astuces par email

Les arts divinatoires ont pour objectif de nous aider à découvrir notre futur, de connaitre l'inconnu, l'impalpable. Il s'agit évidemment de différentes approches qui ne sont pas vérifiables – l'Homme ne peut pas savoir ce qui va se passer avec la certitude des Dieux, mais il peut essayer les différents arts enseignés par les ancêtres pour accéder à un meilleur niveau de connaissance.

Les arts divinatoires sont multiples et disponibles. Pour y accéder, il faut une certaine disponibilité, ouvrir le cœur et avoir l'humilité d'écouter et suivre un chemin.

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par wemystic.fr et par nos partenaires. .

Inscription